Discours de l’Ambassadeur-désignée de France en Hongrie, Pascale Andreani [hu]

14 juillet 2018 - Résidence de France - Budapest

Chers amis,

Je ne ferai pas un long discours. Je vous dirai seulement quelques mots.

Tout d’abord, je me réjouis de voir combien les amis de la France sont nombreux à Budapest, vous tous ici ce soir qui avez préféré venir à la Résidence de France plutôt qu’aller au lac Balaton.

Et puis je veux vous dire combien je suis heureuse d’être ici. Cela fait maintenant plus de trois mois que j’ai été nommée ambassadeur de France en Hongrie, et j’ai reçu l’agrément du gouvernement hongrois voici deux mois.

J’ai consacré l’essentiel de ma carrière de diplomate à l’Europe, aux questions européennes.

Je me souviendrai toujours de l’été 1989 quand la Hongrie a ouvert ses frontières et a permis ainsi la chute du Mur de Berlin. Et nous vous en serons éternellement reconnaissants.

J’ai suivi ensuite les négociations d’adhésion de la Hongrie à l’Union européenne, notamment avec Péter Gottfried. Puis j’ai retrouvé des collègues et amis hongrois quand j’étais Ambassadeur à l’OTAN à Bruxelles puis à l’OCDE à Paris.

Je vais maintenant m’attacher chaque jour à améliorer et renforcer la relation entre nos deux pays, la Hongrie et la France, comme me l’ont demandé le Président de la République, Emmanuel Macron, et le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et comme l’ont fait mes prédécesseurs.

Et je ferai cela dans un esprit européen, avec une perspective européenne. Vous connaissez l’ambition du Président Macron pour l’Europe. Il faut que nous travaillions ensemble car nous sommes plus forts quand nous sommes ensemble. Et ce qui fait la force de l’Europe, c’est que ce qui nous unit est beaucoup plus important que ce qui nous sépare.

J’en suis convaincue.

Je vous remercie et je vous souhaite une bonne soirée.

Dernière modification : 19/07/2018

Haut de page