Histoire des bâtiments [hu]

Les bâtiments qu’occupent actuellement à Budapest les services de l’Ambassade de France en Hongrie sont le résultat d’une histoire à rebondissements qui a suivi les événements du XXème siècle.

De 1918 à 1945

Les services ainsi que la résidence de l’Ambassadeur étaient initialement, regroupés dans un seul bâtiment situé à Buda sur les quais du Danube, Fő utca 17, c’est-à-dire à l’emplacement de l’actuel Institut français (photo 1). Il s’agissait d’un palais de la famille Andrassy acquis par la France immédiatement après la Première Guerre Mondiale pour y établir ce qui était alors appelé la Légation de France. Pour ce faire une idée de l’architecture de ce bâtiment, il convient d’observer le bâtiment jumeau, de l’autre côté de Pala utca, en face de l’Institut français.

JPEG - 18.7 ko
L’ancien bâtiment de l’ambassade de France, Fő utca, en 1930

De 1946 à 1989

La légation fut détruite à l’hiver 1944-1945 durant le terrible siège de Budapest, quand l’Armée rouge prit la ville aux Allemands. À titre de dommages de guerre, l’Etat hongrois fit don à la République française - par traité intergouvernemental - de deux bâtiments d’habitation, qui devinrent l’Ambassade (27 Lendvay utca dans le sixième arrondissement près de la célèbre Place des Héros - photo 2) et la Résidence de France (20 Csaba utca dans le douzième arrondissement - photos 3 et 4). La France resta propriétaire du terrain situé au bord du Danube (Fő utca 17) durant toute la Guerre froide, mais n’entreprit pas de travaux de reconstruction dans l’immédiat après-guerre. Le terrain, une fois déblayé, fut utilisé comme parking ou terrain de tennis.

JPEG - 45.8 ko
Les bureaux de la Chancellerie diplomatique d’après-guerre, en 1963 à Lendvay utca
JPEG - 19.1 ko
La résidence d’après-guerre (perron donnant sur le jardin), en 1963
JPEG - 22.9 ko
La résidence d’après-guerre (entrée donnant sur Csaba utca, en 1963)

De 1989 à 2004

Au début des années 1980, la décision fut prise de renforcer le rayonnement culturel et éducatif de la France en Hongrie. L’idée était alors d’ériger sur la parcelle inutilisée de Fő utca un bâtiment contemporain pour héberger l’Institut français qui louait alors des bureaux dans le centre de Pest ainsi qu’une école française. Le projet mis toutefois de nombreuses années à se concrétiser et au moment de son inauguration en 1992, la chute du rideau de fer avait considérablement changé les besoins de la diplomatie française en immobilier :

-  L’arrivée de nombreuses entreprises françaises et d’expatriés français faisait que l’école française se serait trouvée trop à l’étroit dans le nouveau bâtiment. Une autre localisation fut donc trouvée à Buda pour le lycée français Gustave Eiffel de Budapest ;
-  La multiplication des projets de coopération administrative, universitaire, culturelle et pédagogique a conduit à considérablement augmenter les effectifs du service de coopération d’action culturelle de l’ambassade et de l’Institut français.

Le bâtiment de Fő utca n’abritât donc que les services de l’Institut français : bureaux, salle de cours, salle d’exposition, auditorium de 200 places, librairie francophone, bistro français…

PNG - 1.7 Mo
L’institut français et la section consulaire, Fő utca, 2020 (Instagram franciaintezet)
JPEG - 217.9 ko
L’entrée de l’institut français, Fő utca, 2015 (page Facebook de l’Institut français)

Le poste d’expansion économique de l’ambassade connu aussi une forte hausse de ses effectifs afin d’accompagner la transition vers l’économie de marché et les investissements des entreprises françaises en Hongrie. Le bâtiment de Lendvay utca étant trop petit, le Ministère français de l’Economie et des Finances fit donc l’acquisition en 2004 de 3 appartements au cinquième étage de l’immeuble situé au 13-15 de la prestigieuse place Kossuth Lajos où se dresse le Parlement hongrois. Ces appartements furent transformés en un unique plateau de bureaux modernes de 400 m2.

De 2004 à nos jours

Avec l’adhésion de la Hongrie à l’OTAN (1999) puis à l’Union européenne (2004), de nombreux sujets n’ont plus été traités en bilatéral, mais directement à Bruxelles, réduisant d’autant le besoin en personnel diplomatique à Budapest. La rationalisation et la mutualisation de certains services en pôle régionaux a également conduit à réduire le besoin en espaces de travail. La mission de Défense a ainsi été délocalisée à Vienne et le conseiller nucléaire à Prague. La fonction d’appui aux entreprises, dépendant de Business France, a été déléguée en 2019 à la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Hongrie.

Au milieu des années 2000, une réflexion est alors lancée pour définir un projet immobilier permettant de remédier au fait que la France était propriétaire de trois entreprises (Institut français, service économique, ambassade) surdimensionnées par rapport à ses besoins effectifs. Après avoir exploré plusieurs options, le projet définitif a été mis en œuvre à l’automne 2019 avec :

-  La vente du bâtiment du 27 Lendvay utca ;
-  L’installation de la Chancellerie diplomatique et du Service de Sécurité intérieure dans les locaux du service économique dans l’immeuble de Kossuth Lajos tér, devenu ainsi le siège de la nouvelle ambassade de France en Hongrie
-  L’installation de la section consulaire et des services administratifs de l’ambassade dans le bâtiment de l’Institut français à Buda (création d’une entrée séparée) afin d’en faire une véritable « Maison de France » où hongrois et français de Hongrie trouvent en un lieu unique tous les services offerts par la France.

Le bâtiment place Kossuth Lajos appelé Palais MÁK ou Maison Málnai, a été conçu par Béla Málnai, architecte moderne hongrois pour le compte de la Magyar Általános Kőszénbánya (MAK), société charbonnière. Originellement, le bâtiment avait été imaginé avec un étage supérieur, mais les autorités n’ont pas permis qu’il s’élève au-dessus du rebord du Parlement. L’implantation géographique de ce bâtiment, sur le plus bel endroit de la ville, préoccupait autant les autorités que le public, c’est la raison pour laquelle les plans et la construction ont été surveillés. C’était notamment le rôle de Dezső Hültl, architecte désigné du gouvernement, de vérifier de la compatibilité du projet avec le lieu. Différents autres acteurs, tels que le Conseil des beaux-arts et le Conseil des travaux publics ont été consultés pour l’approbation des plans. Après dix mois et demi de travaux, le bâtiment voit le jour en 1928.

À l’origine, ce bâtiment a été conçu comme un immeuble composé de différents appartements. L’entrée dans ce bâtiment néobaroque de cinq étages, composé de trois cours intérieures, est remarquable par son portail en fer forgé orné de l’atelier Gyula Jungfer. Les sculptures sur la façade ont été conçues par l’artiste Fülöp Beck Ö.. Aux pieds du bâtiment, se trouve un café/restaurant ouvert en 1931 et actuellement dénommé « Elysée Bistro ». La façade a été rénovée en 1989 afin de cacher en partie les traces que le siège de Budapest puis l’insurrection de 1956 ont laissées.

JPEG - 298.7 ko
Palais MAK, les bureaux de l’ambassade au dernier étage donnant sur Kossuth Lajos tér (2021, Fanni Charbonnier)
JPEG - 294.9 ko
Hall d’entrée du palais MAK, avec le portail en fer forgé (2021, Fanni Charbonnier)
JPEG - 140.3 ko
Cage d’escalier, palais MAK (2021, Fanni Charbonnier)
JPEG - 111.5 ko
Cage d’escalier, palais MAK (2021, Fanni Charbonnier)

Dernière modification : 21/04/2021

Haut de page