Le mot de l’ambassadrice : France et Hongrie depuis toujours… [hu]

Les mots d’origine hongroise en français.

Nous avons vu qu’on trouve dans la langue hongroise des mots français mais on trouve aussi dans la langue française des mots d’origine hongroise. Et ceci s’explique par les multiples contacts qu’ont pu entretenir nos deux peuples au cours de l’histoire depuis le Moyen-Age.
On trouve par exemple dans le vocabulaire militaire beaucoup de mots d’origine hongroise. C’est ainsi que les Hussards font leur apparition dans l’armée royale française en 1637, sur le modèle des huszár hongrois, ce corps de cavalerie légère créé par le roi Matthias Corvin en 1458 pour combattre les Turcs. Le mythe entourant ces soldats éclaireurs du front connus aussi pour leurs raids redoutables a inspiré de nombreuses expressions de la langue française : les instituteurs de la fin de XIXème siècle ont été qualifiés de Hussards noirs de la République pour leur zèle à promouvoir le patriotisme et les idéaux républicains dans les écoles de France ; fuir à la hussarde, signifie selon le Larousse partir « avec brutalité et précipitation ; sans raffinements ni délicatesses ». C’est aussi sous l’influence des Hussards hongrois que le shako (de csákó) remplace le bicorne des soldats napoléoniens à partir de 1807. Surtout, la panoplie du soldat n’aurait pas été complète sans un sabre, autre terme d’origine hongroise (szablya).
Traditionnellement, la gastronomie est un autre domaine qui rapproche nos pays et donc nos langues. Dans les cuisines françaises, nous trouvons l’incontournable paprika, qui désigne en français la poudre de poivron séché. Tout le monde en France a entendu parler du goulash (gulyás), parfois orthographié goulache et la littérature regorge de références au tokay dont raffolait Voltaire. Les étudiants en sciences politiques connaissent quant à eux les ressorts de la tactique du salami (szalamitaktika), pratique politique inventée par le stalinien Matyás Rakosi pour réduire, de façon progressive « tranche après tranche » les pouvoirs extérieurs au communisme jusqu’à ce qu’ils disparaissent.
Enfin, il faut rappeler que le terme allô serait d’origine hongroise. Il viendrait du hongrois « hallom » (j’écoute/je t’entends), mot prononcé en décrochant le combiné par l’un des pionniers du téléphone, l’inventeur hongrois Tivadar Puskás alors qu’il procédait à un test de sa technologie devant une audience internationale à Budapest en 1878.

Dernière modification : 06/11/2019

Haut de page