Le mot de l’ambassadrice : France et Hongrie depuis toujours… [hu]

Gustave Eiffel et ses disciples

Dans la deuxième moitié du XIXème siècle, Gustave Eiffel, le « magicien du fer », a exécuté des commandes en Hongrie et développé des échanges d’expertise fructueux avec des ingénieurs hongrois.

Bien avant la réalisation de la tour Eiffel pour l’exposition universelle de 1889, Gustave Eiffel fait ses premières armes dans l’étude de ponts et de viaducs dont la construction connaît à l’époque un boom, porté par l’essor du secteur ferroviaire. Il conduit ainsi avec brio l’étude du pont ferroviaire de Bordeaux, premier succès d’une longue série qui le conduira quelques années plus tard à s’installer à son compte en créant sa propre société. Il remporte de nombreux contrats en France mais va aussi répondre à de multiples appels d’offre en Europe comme en Amérique et accéder à la notoriété internationale.

En 1874, les ateliers Eiffel remportent l’adjudication de la reconstruction de la gare de Budapest, qui deviendra plus tard la gare de l’Ouest (Nyugati Palyaudvar). La charpente métallique, spectaculaire combinaison d’acier et de verre, abrite à ce qui est à l’époque le plus grand hall de l’empire austro-hongrois. Dans la foulée de son inauguration en octobre 1877, les visiteurs se seraient pressés à Budapest spécialement pour l’admirer. Autre prouesse technique : il n’a pas été nécessaire d’interrompre le trafic ferroviaire pendant la durée des travaux, la charpente métallique ayant été construite sur le bâtiment ancien, démoli seulement une fois l’armature de la nouvelle gare montée. La structure a été réalisée par les équipes de Gustave Eiffel, mais l’idée de la conception revient à l’architecte autrichien Auguste de Serre.

Si la gare de Nyugati est l’exemple le plus connu, ce n’est pas le seul ouvrage réalisé par l’ingénieur centralien en Hongrie. Après les terribles inondations qui ravagèrent la ville de Szeged en 1879, un concours international est lancé pour la construction d’un nouveau pont sur la Tisza. L’offre présentée par l’atelier Eiffel est retenue et le grand pont en arc d’une longueur de 678,2 mètres connu aujourd’hui sous le nom de Belvárosi híd (dans sa version reconstruite après les bombardements de la seconde guerre mondiale) est inauguré le 16 septembre 1883.

Eiffel n’était d’ailleurs pas le premier ingénieur français à réaliser une commande de travaux publics en Hongrie. Le pont Marguerite, ouvrage monumental reliant les deux rives du Danube dans la capitale, a été construit d’après les plans de l’ingénieur concurrent, le tourangeau Ernest Gouïn entre 1872 et 1876. Sur le terrain, c’est l’ingénieur Emile Nouguier qui dirigea le chantier de construction, le même Nouguier qui fut ensuite débauché par Eiffel et joua un rôle l’année suivante dans la construction du Pont sur la Tisza et qui, près de 10 ans plus tard, inspirera largement à Eiffel l’idée de la tour éponyme…

Certains voient dans le pont de la Liberté et son élégante structure en acier rivetée et boulonnée la griffe de la société Eiffel. En réalité, le pont inauguré pour l’exposition universelle de 1896, est l’œuvre de l’ingénieur hongrois János Feketeházi. Celui-ci n’était pas totalement étranger aux travaux de Gustave Eiffel, dont il côtoya les équipes sur le chantier du fameux pont de Szeged.

Dernière modification : 07/01/2020

Haut de page