Le mot de l’ambassadrice : France et Hongrie depuis toujours… [hu]

Eugène de Savoie

Le prince Eugène de Savoie (1663-1736) joua un rôle considérable dans la libération de la Hongrie du joug ottoman, comme le rappelle sa statue devant le château de Buda. Or le prince Eugène avait grandi à Paris et reçu une éducation des plus françaises.

Eugène de Savoie-Carignan est né à Paris, à l’hôtel de Soissons, dans le quartier des Halles. Par son père il est un cousin des ducs de Savoie, duché indépendant mais à l’époque allié de la France, et devenu français en 1860.

PNG - 2.4 Mo
L’hôtel de Soissons, à Paris, où naquit et grandit Eugène de Savoie.

Sa mère, Olympe Mancini, est l’une des deux nièces du cardinal Mazarin, célèbre conseiller de Louis XIII et de Louis XIV et parrain de ce dernier. Les deux "mazarinettes" sont élevées à la cour aux côtés du jeune roi. A l’adolescence, Louis XIV a même une amourette avec Olympe, qu’on marie précipitamment au prince de Savoie, puis avec Marie, sa soeur - leur séparation pour raison d’Etat inspirera à Racine ce célèbre vers de Bérénice :

« Vous êtes empereur, Seigneur, et vous pleurez ! »

Le jeune Eugène est donc bien connu à la cour de France. Cadet de sa famille, petit et disgracieux, Eugène est destiné à une carrière ecclésiastique. Tonsuré à huit ans, portant soutane, il est néanmoins passionné d’histoire militaire, et à 19 ans, en 1683, il se rend auprès de Louis XIV demander le commandement d’une compagnie. Malheureusement pour lui, sa mère est alors en disgrâce, en exil à Bruxelles. Le roi refuse. La passion emporte Eugène. "La demande était modeste, mais pas le demandeur, déclarera le roi, personne d’autre ne s’est jamais adressé à moi de manière aussi insolente."

La même année, Vienne est assiégée par les Ottomans. Eugène décide alors de proposer ses services à l’empereur d’Autriche Léopold Ier. Il s’y distingue et débute ainsi la carrière de celui que Napoléon classera parmi les sept meilleurs commandants de l’histoire : sièges de Buda, prise de Pécs, victoire de Mohács en 1687. Après la guerre de la Ligue d’Augsbourg, il est nommé en 1697 commandant suprême des forces impériales et remporte la bataille de Zenta, qui éloigne définitivement la menace ottomane de la Hongrie. Il s’illustrera encore lors de la guerre de succession d’Espagne, et par la prise de Belgrade en 1717.

Grand général, le prince Eugène est aussi un grand administrateur, un mécène et un esthète qui fait construire de magnifiques palais et collectionne livres et peintures. A une époque où le français est la langue de presque toutes les cours d’Europe, Eugène reçoit à sa table les plus grands penseurs de son époque, comme Montesquieu.

PNG - 948.3 ko
La statue d’Eugène de Savoie, devant le château de Buda.

Dernière modification : 08/06/2020

Haut de page