Mot de l’Ambassadeur (13 mai 2016) [hu]

Le Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation (SIRHA) et le Bocuse d’or

—  Moi, je ne ferai jamais des paupiettes de veau dans autre chose qu’une cocotte ovale en cuivre intérieur étamé, me confie ma voisine lors du dîner de clôture des Bocuse d’or.

—  Et vous, comment avez-vous trouvé la selle d’agneau « Fontjoncouse / Budapest » sur son lit de pommes de terre, avec souris en sauce aux graines de carvi et paprika dans son pain surprise aux morilles de printemps, élaborée par Gilles Goujon, de l’Auberge du Vieux Puits ?

—  Belle réussite ! J’attends de connaître l’avis de Zoltán Hamvas, le président du Bocuse d’or Europe 2016.

—  En tout cas, la décision du jury d’attribuer le premier prix à l’équipe de Tamás Széll a surpris les Hongrois eux-mêmes, qui ne s’y attendaient pas.

—  Oui, mais ce fut aussi une surprise pour les organisateurs du salon SIRHA de voir que tant de gens s’intéressaient aux technologies les plus sophistiquées en matière de cuisine, transformation des produits, hôtellerie, etc. C’est bon signe pour les amateurs de « l’art de vivre à la française ». Allez, egészségére !

JPEG

Dernière modification : 13/05/2016

Haut de page