Mot de l’Ambassadeur (21 février 2017) [hu]

Festival de la Francophonie (1er mars – 1er avril)

On la chante sur les rives du fleuve Congo, on la danse au bord du Saint-Laurent. On la rit dans les monts de l’Atlas, on la pleure au bout des finistères, on la sent frémir sous la chaleur des proche et lointain Orients.

On rêve avec elle des berges de la Seine ou de l’Oronte, on s’endort avec elle au cœur d’un chapelet d’îles, on navigue en son sein des flots ligériens aux lames océanes.

La langue française. « Si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu’on l’aime de toute son âme, et qu’on n’est jamais tenté de lui être infidèle » disait d’elle Anatole France.

La langue française est une myriade de fleurs et le bouquet qu’elle se plait à former s’appelle francophonie. Sur les sept mers et les cinq continents, 300 millions de francophones se la partagent, un bien commun qui ne s’épuise jamais quand il se démultiplie. La langue française est un bien durable. Et qui vit, roule, culbute et rebondit, se déhanche et s’enhardit de mots nouveaux aux couleurs des ciels changeants où elle vient faire sa demeure.

Et sur les rives du Danube, me direz-vous ? Ici aussi, elle est bien vive la francophonie ! Et en ce mois de mars où les primevères annoncent la fin de la froidure, elle va se jouer, se danser, se goûter, se discuter, se chanter, s’interpréter, se mirer, se simuler, se projeter, se recomposer, se fêter au Festival de la Francophonie du 1er mars au 1er avril.

Alors allons au théâtre Bóbita de Pécs pour le Festival de Théâtre des jeunes lycéens francophones ! Allons pousser la chansonnette au Concours de la Chanson francophone organisé à l’Institut français ! Précipitons-nous dans les salles obscures de l’Uránia et de l’Art+ pour y savourer la sélection des Journées du Film francophone !

Slamons à Pasztó ! Débattons à Fehérvárcsurgó !

Allons rêver de la nymphe Naïs (dans l’œuvre éponyme de Rameau) avec le Centre de Musique Baroque de Versailles, improviser un air avec le groupe de jazz OZMA et la chanteuse Tamara Mózes, psalmodier les poèmes du Liban avec la chanteuse Roula Safar avant d’aller guincher dans la « cabane à sucre » québécoise !

Et tout ça… en français, bien sûr !

Dernière modification : 22/02/2017

Haut de page