Mot de l’Ambassadeur (24 mai 2016) [hu]

Un concert de louanges

Le très haut niveau des échanges culturels franco-hongrois vient encore de s’illustrer à l’occasion d’un festival organisé dans l’exceptionnelle salle de spectacle de Budapest, le MÜPA. On y célébrait ces jours derniers l’orgue.

La bête à sons, le monstre, le complexe. Pour mieux saisir l’énormité de cet instrument fantastique, on peut prendre un chemin de traverse et lire le dernier opus de Laurent de Wilde, les Fous du Son.

Mais pour ceux qui auraient raté le concert de clôture du festival ‘’Orgona 10’’, qui rendait donc hommage à cet orgue vieux de dix ans, je les informe qu’ils ne s’en remettront probablement jamais.

Où et quand, en effet, voit-on Olivier Latry et Philippe Lefebvre, les deux titulaires de l’orgue de Notre-Dame de Paris, improviser ensemble ? Et une improvisation de ces deux interprètes géants n’est pas chose banale, non : à les voir jouer de leurs huit membres vers le bas et vers le haut, se pousser vers la gauche comme si l’un cherchait à faire tomber l’autre du banc, tourner autour des claviers, revenir, jeter un accord, en planter un autre, on mesure à quel point le travail de l’organiste relève aussi de la performance physique.

Les œuvres au programme font partie du patrimoine français : Louis Marchand (1669-1732), Maurice Duruflé, César Franck pour les classiques du XXème siècle, et Thierry Escaich, né en 1965, avec ses Cinq versets sur Victimæ Paschali Laudes, pour le benjamin de ce répertoire.

Ne négligeons pas Olivier Messiaen, dont Lászlo Fassang – le désormais incontournable professeur d’orgue au Conservatoire de Paris, où il a succédé à Philippe Lefebvre – a joué le 21 mai Joie et Clarté des Corps Glorieux.

Que pourront faire les absents à pareils concerts ? On ne peut que leur souhaiter de ne pas rater le vingtième anniversaire de cet orgue phénoménal, et les encourager à se rendre à Paris pour y surprendre, dans la fraîcheur de la cathédrale Notre-Dame, nos talentueux organistes.

JPEG - 1.2 Mo
Photo : Müpa © János Posztós

Dernière modification : 24/05/2016

Haut de page