Mot de l’Ambassadeur (3 mai 2018) [hu]

Il y a cette année en encore une bonne raison de se souvenir des évènements de mai 68.

Mai 68 ! Oui, évidemment, vous pensez à Gaston Leroux, né le 6 mai 1868, qui mérite donc largement une commémoration, cent cinquante ans après sa naissance à Paris. Vous vous souvenez de son héros, sorte de Sherlock Holmes français, qui voit le jour en 1908 avec la publication des « Aventures extraordinaires de Joseph Rouletabille, reporter ».

Le succès de ce maître de l’enquête policière ne se dément pas et ceci en raison de sa capacité à utiliser les moyens de communication de son époque : journalisme, presse populaire, cinéma, il sait exploiter toutes les ressources de la « culture de masse » qui éclot à cette époque. Avec « Le Mystère de la chambre jaune », il connaît une notoriété immédiate…. Mais comment ne pas citer l’un des plus beaux titres de l’histoire de la littérature contemporaine : « Le presbytère n’a rien perdu de son charme ni le jardin de son éclat ».

L’univers de cette littérature est composé de rationalité – avec les déductions de la raison chez Rouletabille -, de fantastique – avec l’angoissant périple dans les souterrains de l’Opéra (« Le Fantôme de l’Opéra  ») mais aussi de sentimentalisme (« Le Parfum de la Dame en noir »).

Les amateurs d’énigme policière, de plus en plus nombreux, savent qu’ils trouvent chez Gaston Leroux les ferments de ce genre devenu le « polar », mais aussi un zeste de folie qui annonce le surréalisme.

Bon anniversaire Rouletabille !

JPEG

Dernière modification : 03/05/2018

Haut de page