Relations économiques franco-hongroises [hu]

1/ La France est devenue le troisième partenaire commercial de la Hongrie au premier semestre 2015 et notre deuxième débouché en Europe centrale derrière la Pologne

Les échanges commerciaux avaient souffert de la crise économique et d’une conjoncture déprimée depuis 2009. Après un recul de 4,7% en 2012 et une stabilisation en 2013, ils ont repris le chemin d’une croissance vigoureuse avec une progression de 8,7% en 2014 pour atteindre 6,7 Mds€. La croissance s’accélère au premier semestre 2015 avec un total d’échanges de 3,8 Mds€, en progression de +13,6% par rapport au premier semestre 2014.

La reprise sensible de nos exportations vers la Hongrie explique l’essentiel de cette évolution : elles sont en hausse de 14,2% au premier semestre 2015 à 1,93 Mds€, quand nos importations en provenance de Hongrie progressent dans le même temps de 12,9% à 1,87 Mds€. Notre solde commercial s’améliore considérablement avec un excédent de 65M€ au premier semestre 2015.

Au premier semestre 2015, la Hongrie est, d’après les Douanes françaises, notre 23ème marché (0,86% de nos exportations) et notre 27ème fournisseur (0,7% de nos importations). La France est, d’après le Bureau des statistiques hongrois, le 3ème partenaire de la Hongrie au premier semestre 2015 avec 5,01% des échanges globaux (en progression de 2 places par rapport à 2014). Elle devient la 5ème destination des produits hongrois et passe du 7ème rang des fournisseurs de la Hongrie en 2014 au 5ème au premier semestre 2015.

Sectoriellement, le poste des équipements mécaniques, matériels électriques, électroniques et informatique domine nos échanges en représentant 26,6% de nos exportations et 46% de nos importations, suivi par les matériels de transport en forte progression avec 26,6% de nos livraisons et 17,1% de nos achats à la Hongrie. Les échanges de produits pharmaceutiques sont à nouveau en hausse (11,2% de nos exportations et 6,1% de nos importations).

2/ L’investissement français en Hongrie est important et diversifié

La France est un investisseur majeur en Hongrie. La présence française a été multipliée, selon les données de la Banque de France, par 3,5 entre 1999 et 2013, passant de 947 M EUR à 3,1 Mds€. Ce montant est très sous-estimé en raison des investissements transitant par pays tiers. La France se situe en fait au 4e rang des investisseurs étrangers après l’Allemagne, l’Autriche et la Grande Bretagne et avant les Pays-Bas et le Luxembourg. Les investissements sont très diversifiés, ils concernent l’énergie (Dalkia, EDF, GDF-Suez), l’industrie (Valeo, Michelin, Lafarge) ou l’agro-industrie (Bonduelle, Danone, Axaréal), le secteur financier (Groupama, AXA, BNP Paribas), la distribution (Auchan, Décathlon), l’industrie pharmaceutique (SANOFI, Servier), et l’environnement (Veolia, Ereco).

Les 353 entreprises françaises recensées (source INSEE) emploient plus de 43 000 salariés pour un chiffre d’affaires de près de 9 Mds€ (le PIB est de l’ordre de 100 Mds€). Dans l’ensemble, il s’agit essentiellement d’investissements de grands groupes. Il est à noter qu’il n’y a pas en Hongrie de constructeur automobile français mais seulement des équipementiers travaillant pour les groupes allemands, très présents sur le territoire (Audi-Volkswagen, Mercedes), ainsi que pour le japonais Suzuki. Selon nos propres estimations après enquête auprès des entreprises françaises, la valeur réelle actualisée de ces investissements se situerait autour de 10 Mds€ ce qui fait effectivement de la France un acteur majeur en Hongrie.

Cinq sociétés françaises figurent parmi les 25 premiers investisseurs étrangers en Hongrie : Groupama, EDF, Sanofi, Auchan et GDF Suez. Cependant, la volonté du Gouvernement hongrois de racheter les entreprises étrangères dans certains secteurs qu’il considère comme stratégiques pourrait conduire à une baisse significative de notre présence, en particulier dans les services publics.

Dernière modification : 17/02/2016

Haut de page